Sénégal : remise des prix à Dakar aux lauréats du 2è concours de mémorisation du Coran de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains

Sénégal : remise des prix à Dakar aux lauréats du 2è concours de mémorisation du Coran de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains

Sénégal : remise des prix à Dakar aux lauréats du 2è concours de mémorisation du Coran de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains
Sénégal : remise des prix à Dakar aux lauréats du 2è concours de mémorisation du Coran de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains (fm6oa.org)

OADakar (MAP) – La Fondation Mohammed VI des Ouléma africains, section Sénégal, a organisé, dimanche sur l’esplanade de la Grande Mosquée de Dakar, une grande cérémonie de remise des prix aux lauréats de la deuxième édition du concours international de récitation, mémorisation et psalmodie du Saint Coran.

Organisée à distance, du 1er au 3 mai dernier (18 au 21 Ramadan), en raison de la situation épidémiologique due à la Covid-19, l’édition 2021 du concours a connu la participation de près de 90 candidats, dont 13 de sexe féminin, de différents pays africains.

Les sections de la Fondation ont organisé les étapes éliminatoires locales au niveau de chaque pays selon les catégories du concours, en l’occurrence la mémorisation de l’intégralité du Saint Coran avec récitation selon la lecture Warch an Nafiâ, la mémorisation de l’intégralité du Saint Coran avec la récitation selon la lecture choisie par le candidat et la psalmodie (Tajwid) avec mémorisation d’au moins cinq Hizbs du Saint Coran.

La cérémonie a été marquée par la présence de l’ambassadeur du Maroc à Dakar, Taleb Berrada, des membres de la section Sénégal de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains, des présidents de différentes autres sections du continent, outre des dignitaires et représentants des grandes familles religieuses du Sénégal.

Au début de la cérémonie, l’assistance a suivi la projection d’un documentaire de présentation de la Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains créée en 2015.

Placée sous la présidence effective de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, la Fondation a pour objectifs, entre autres, d’unifier et coordonner les efforts des ouléma musulmans, au Maroc et dans les autres Etats africains, en vue de faire connaître et diffuser les valeurs de l’islam tolérant, consolider les relations historiques liant le Maroc aux autres Etats africains, et prendre toute initiative à même d’intégrer les valeurs religieuses de tolérance dans toute réforme à laquelle est subordonnée toute action de développement en Afrique.

S’exprimant à cette occasion, le secrétaire Général de la Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains, M. Mohammed Rifki, a souligné l’importance des écoles coraniques qui ont joué, à travers les siècles, un rôle primordial dans la préservation de l’identité islamique en Afrique et qui continuent, a-t-il dit, à perpétuer cette tradition d’apprentissage et de mémorisation du saint Coran.

Après avoir mis en exergue l’intérêt particulier et la haute sollicitude accordée par SM le Roi Mohammed VI, président de la Fondation, à cette noble tradition coranique, il a souligné que le Prix Mohammed VI de récitation, mémorisation et psalmodie du saint Coran illustre bien cet intérêt et s’inscrit dans le cadre des actions consenties par le Souverain pour la consolidation des liens cultuels avec les pays frères du continent et le renforcement de l’attachement au Livre saint.

M. Rifki a rappelé, à cette occasion, les objectifs et actions de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains qui vise, notamment à travers ses différentes sections, a-t-il relevé, à animer l’action intellectuelle, scientifique et culturelle en rapport avec la religion musulmane, consolider les relations historiques qui lient le Maroc aux autres Etats africains et veiller à leur développement.

Mohamed Al Qoraichi Ibrahim Niasse, membre du conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des ouléma africains et vice-président de la section sénégalaise de la Fondation s’est félicité du choix du Sénégal pour abriter cette grandiose cérémonie de remise des prix, exprimant sa gratitude à SM le Roi Mohammed VI, au Maroc et à la Fondation pour les actions entreprises en faveur de la consolidation des valeurs nobles de la sainte religion en Afrique.

« Au nom des membres de la section Sénégal de la Fondation, je tiens à remercier SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, pour tout ce que le Souverain entreprend en appui et en soutien aux familles religieuses du Sénégal et du continent en général », a-t-il dit, soulignant que la Grande Mosquée de Dakar, inaugurée en 1964 par feu SM le Roi Hassan II et le premier président sénégalais Léopold Sédar Senghor, et qui abrite aujourd’hui la présente cérémonie, est un témoignage vivant de la profondeur des liens entre le Maroc et le Sénégal.

Dans son allocution, M. Driss Ben Daouia, membre du Conseil supérieur des ouléma et président du conseil local des ouléma de Larache, a présenté les principaux objectifs et activités de ces institutions qui veillent, a-t-il dit, sur la protection de la sécurité spirituelle du musulman marocain, en adéquation avec les principales orientations du Maroc et la politique de gestion de la chose religieuse engagée sous le leadership de SM Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine.

Après un exposé sur « Les écoles d’apprentissage du Coran au Sénégal entre le passé et le présent : Réalité et Espérances », présenté par Ahmed Tijani Jalou, enseignant à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, l’assistance a suivi une intervention du directeur de l’Institut Mohammed VI de Formation des Imams Morchidines et Morchidates, Abdessalam Lazaar.

L’Institut qui a formé près de 400 imams et morchidines et morchidates, organise durant chaque mois du ramadan, a-t-il dit, des concours de récitation et de psalmodie du Coran pour désigner les imams qui dirigeront la prière des tarawih dans la mosquée « Al Okhowa » relevant de l’Institut.

Les imams sénégalais ont toujours été parmi les premiers gagnants de ces concours, a-t-il affirmé, invitant la section Sénégal de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains à accompagner et soutenir ces jeunes imams.

M. Lazaar a, par ailleurs, mis en relief l’attachement des Marocains aux préceptes nobles de l’Islam malékite sunnite aux valeurs d’authenticité et de tolérance, soulignant que ces choix ancrés dans l’histoire, remontent à l’avènement de Moulay Idriss 1er qui a reçu accueil et allégeance auprès des populations locales, a-t-il dit.

Aujourd’hui, a-t-il ajouté, SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, perpétue cette tradition millénaire de symbiose entre les Marocains et Imarat al Mouminine, mettant en relief l’étendue de cette symbiose aux frères africains à travers notamment cet important outil qu’est la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains.

M. Abdellatif El Begdouri Al Achqari, superviseur général de la compétition et chargé de mission à la Fondation Mohammed VI des Oulema Africains, a rappelé la haute considération et l’attention particulière accordée par les Rois du Maroc, tout au long de l’histoire millénaire du Royaume, au saint Coran, au service duquel les Souverains successifs ont construit des écoles et des instituts dédiés à son apprentissage et à sa préservation.

C’est dans cette perspective que SM le Roi Mohammed VI a recommandé l’organisation d’un concours pour la récitation, la mémorisation et la psalmodie du saint Coran dont la première édition avait été organisé, en 2019, à Fès, a-t-il souligné.

M. El Begdouri Al Achqari n’a pas manqué de relever, à cette occasion, la haute symbolique de la tenue de cette cérémonie sur l’esplanade de la Grande Mosquée de Dakar, un joyau architectural qui témoigne de la profondeur des liens entre le Maroc et le Sénégal.

Inauguré le 27 mars 1964 par feu SM Hassan II, la Grande Mosquée de Dakar qui est complètement intégrée dans le tissu architectural et urbanistique de la capitale sénégalaise continue de rayonner comme un joyau illuminant le flanc occidental de l’Afrique et un haut lieu de piété diffusant les messages de paix et de tolérance, a-t-il dit.

Après la projection d’un documentaire de présentation du concours international de récitation, mémorisation et psalmodie du Saint Coran, il a été procédé à la remise des prix aux candidats lauréats des différentes catégories de la compétition.

Dans la catégorie de la mémorisation de l’intégralité du Saint Coran avec récitation selon la lecture Warch an Nafiâ, le 1er prix est revenu à la nigériane Khadijah Yakub Yunus, suivie de Diop Cheikh, du Sénégal, et de Abakar Tahamit, du Cameroun.

Dans la catégorie de la mémorisation de l’intégralité du Saint Coran avec la récitation selon la lecture choisie par le candidat, le 1er prix est remporté par le Sénégalais Mouhamadou Mahi, aux côtés du Gambien Jobe Modou (2eme) et du Tchadien Mahamat Tahir Kossei (3eme).

Quant au concours de la catégorie de la psalmodie (Tajwid) avec mémorisation d’au moins cinq Hizbs du Saint Coran, il a été remporté par le Tanzanien Kesi Huseni Mwamtoa (1er prix), le Malien Massire Sacko (2eme prix) et le Sénégalais Toure Mame Abdou Aziz.

Le programme de la cérémonie a comporté des lectures individuelles et collectives selon la lecture Hafs, ainsi que des chants de Madih exécutés par les membres du groupe officiel de la Tariqa Kadiriya Boutchichiya sous la direction de Sidi Mouad El Kadiri El Boutchichi.